mardi 4 août 2015

Grandes Eaux Nocturnes - Versailles


J'avais déjà été aux Grandes Eaux Nocturnes de Versailles il y a quelques années, et j'avais très envie d'y retourner. Un lieu mythique, la promesse de passer une excellente soirée...j'étais vraiment impatiente de me rendre au Château! Pourtant mon avis sur cet événement est très mitigé.

Première déception en arrivant sur le site : en raison de la sécheresse, trois bassins importants étaient fermés, mais peu de communication à ce sujet donc colère de nombreux visiteurs qui n'étaient pas très contents d'avoir payé 24 euros pour un spectacle bien raboté. Donc un conseil : si vous n'avez pas de réservation et voulez acheter votre billet le jour même, regardez sur le site internet du Château pour vérifier si tous les bassins sont ouverts.




L'événement commence à 20h30, et consiste en une promenade libre dans le parc pour admirer fontaines et bosquets auréolés de lumières. Il se clôture par un feu d'artifice à 22h50, donc le spectacle se termine à 23h. N'oubliez pas de prendre une carte à l'entrée, ou d'en imprimer une disponible sur le site du Château, cela vous aidera grandement pour vous repérer lors de vos déambulations.

                                         

Le site est bien sûr magnifique, et les statues et les fontaines sont joliment mises en valeur. Un très bon travail a été fait au niveau acoustique pour que le niveau de la musique soit égal quelque soit l'endroit où on se trouve dans le parc.  Il y a également une animation pyrotechnique sur les Grandes Perspectives. Dommage par contre qu'il n'y ait pas d'autres types d'animations comme de petits concerts, des danseurs, des acteurs...


Dirty Corner


Sectional Body


Sky Mirror
Actuellement sont installées dans le parc des oeuvres d'Anish Kapoor, un artiste contemporain indien. On peut notamment y voir une sorte de grande parabole (Sky Mirror), une sorte de gigantesque trompette rouillée encadrée de blocs de béton (Dirty Corner), et le fameux "Sectional Body Preparing For Monadic Singularity".Personnellement je ne suis pas fan de ces installations, même si les enfants avaient l'air ravi de jouer dans "Sectional Body...", mais je regrette surtout le choix des endroits où elles ont été placées : Sky Mirror m'a gâché la vue du Château à partir des Grandes Perspectives, quant à Dirty Corner, il bloque la vue sur les Grandes Perspectives et le Grand Canal à partir des Escaliers, ce qui a été problématique pour voir le Feu d'Artifice qui clôture l'événement. Un feu d'artifice durant huit minutes et plutôt classique - notamment pour ceux qui ont vu celui organisé par la ville de Versailles pour le 14 Juillet qui était formidable de beauté et d'originalité - mais accompagné de jeu de feux sur les Grandes Perspectives qui étaient vraiment jolis : dommage qu'à cause de l'emplacement du Dirty Corner, la foule ait dû se masser de chaque côté des perspectives, se bousculant pour tenter de profiter au mieux du spectacle.






Au niveau organisation, essayez de ne pas aller aux toilettes sur place, il y a très peu de cabines alors que les Grandes Eaux Noctunes sont fréquentées par des milliers de visiteurs, et j'ai vu des files monstrueuses et entendu des gens se plaindre d'avoir fait la queue pendant 45 minutes...Pas top alors que le spectacle dure 2h30! L'évacuation du site est également problématique : lorsque j'y suis allée, seule une petite sortie étroite avait été ouverte alors qu'il y avait une affluence record et je n'ai vu ou entendu aucun membre du personnel pour gérer et canaliser la foule de plusieurs milliers de personnes qui devaient passer par ce goulot d'étranglement...Comme tout le monde part en même temps, à la fin du spectacle, embouteillage garanti, et j'ai personnellement mis 30 minutes, juste pour franchir le porche qui sépare les Jardins de la Cour du Château,  le tout dans l'obscurité et sous une pluie battante qui s'était déclenchée à la fin du feu d'artifice. Je précise que je suis une adulte valide, et que je n'avais pas d'enfant avec moi, je n'ose imaginer combien de temps des personnes âgées, à mobilité réduite, ou avec enfants, ont mis pour sortir! Heureusement que les visiteurs se sont très bien comportés, je n'ai assisté à aucun mouvement de foule ou bousculade.  J'ai d'ailleurs laissé un message au Château pour signaler que je trouvais ça anormal et dangereux.


Le site est magnifique et j'ai quand même passé une bonne soirée, mais je n'ai pas passé l'excellente soirée que j'espérais en allant à ces Grandes Eaux Nocturnes de Versailles. C'est dommage, le billet n'est pas donné, et pour ce prix j'en attendais plus, tant au niveau du spectacle qu'au niveau de l'organisation. 

Photos : Copyright Eva pour Tu vas t'abimer les yeux. DR
Jusqu'au 19 Septembre pour l'édition 2015 dans les Jardins du Château de Versailles
Début du spectacle : 20h30, fin du spectacle : 23h00
Tarif plein : 24 euros, tarif réduit : 20 euros
Plus d'informations sur le site Internet


dimanche 2 août 2015

Rebecca - Daphné du Maurier


5 coeurs

Pour inaugurer ma participation au challenge "A year in England" organisé par Titine à la suite du succès du "Mois Anglais", mois qui passe toujours trop vite, j'ai choisi un classique de la littérature anglaise du XXe siècle : "Rebecca" dans sa nouvelle traduction par Anouk Neuhoff.

J'ai lu il y a quelques semaines l'excellente biographie de l'auteur Daphné du Maurier par Tatiana de Rosnay, ce qui avait renforcé mon envie de "Rebecca", d'autant plus que la sortie de cette biographie coïncidait avec la sortie de la nouvelle traduction, la traductrice originelle de Rebecca en Français ayant apparemment fait pas mal d'erreurs et ayant aussi coupé tout ce qui ne lui plaisait pas dans le roman, c'est à dire un total d'une quarantaine de page (quand même!)

Je connaissais déjà l'histoire racontée dans ce livre, ayant vu il n'y a pas très longtemps la célèbre adaptation cinématographique par Alfred Hitchcock. La narratrice, dont on ne connaîtra pas le nom - on sait juste qu'il est un brin exotique - est une jeune fille orpheline et sans le sou, qui travaille comme dame de compagnie pour une vieille Américaine insupportable, Mme Van Hopper, qui adore résider dans des hôtels de luxe et discuter avec des gens connus. Lors d'un séjour à Monte-Carlo, son employeuse rencontre Maxim de Winter, un quadragénaire propriétaire d'un célèbre manoir appelé Manderley et qui a perdu son épouse il y a peu de temps. La jeune fille et Maxim sympathisent et lorsque Mme Van Hopper décide de la ramener aux Etats-Unis, Maxim de Winter lui demande de l'épouser. La jeune fille va donc vivre avec lui à Manderley dans un monde dont elle ne connait pas vraiment les codes, et où la défunte épouse de Maxim, Rebecca, est encore dans toutes les mémoires.

Daphné du Maurier
"Rebecca", c'est une sorte d'adaptation moderne de "Jane Eyre" : une jeune fille se marie au-dessus de sa condition avec un homme qui cache de lourds secrets...mais si la précédente épouse dans Jane Eyre est en fait bien vivante, celle de Maxim de Winter est décédée mais c'est comme si elle était toujours là : on ne parle que d'elle et de sa beauté, son intelligence, son charisme, son autorité naturelle. Là où la narratrice fait petite fille empotée, timide, mal à l'aise, enchaînant bourdes sur bourdes, Rebecca est la Femme dans toute sa splendeur. Les comparaisons vont donc bon train, et jamais en faveur de la seconde épouse. Celle-ci déchante donc rapidement, d'autant plus que son mari semble hanté par son passé et sa vie conjugale avec Rebecca. Cette femme, malgré son décès, passe au premier plan et elle est le personnage principal du roman, et non la narratrice anonyme. C'est elle la véritable maîtresse du manoir Manderley, d'autant plus que la gouvernante Mme Danvers lui voue un culte au-delà de la mort et fait tout pour mettre la jeune fille mal à l'aise, lui faire comprendre qu'elle est une intruse qui ne sera jamais à la hauteur de Rebecca, et la pousser à la faute.

Résultat de recherche d'images pour "rebecca alfred hitchcock"
Scène du film Rebecca :
la jeune femme et Mme Danvers
J'ai adoré ce livre, qui est un savant cocktail de tout ce que j'aime en littérature : "Rebecca" est un roman d'amour contrarié puisque la narratrice est très attachée à Maxim de Winter, qui malgré sa gentillesse semble toujours penser à son épouse décédée, mais surtout d'apprentissage puisqu'il met en scène une jeune fille, à laquelle il est facile de s'identifier, plongée dans un monde qui n'est pas le sien, et qui finira par perdre son côté godiche pour devenir une femme pleine de sang froid. Mais c'est aussi un roman à suspense mettant en scène une femme fatale et manipulatrice et un homme tourmenté sous ses bonnes manières, et un roman gothique avec ce manoir hanté par la présence de Rebecca et tenu d'une main de fer par l'inquiétante Mme Danvers.

Le roman est extrêmement bien écrit, il se lit tout seul, et j'ai été plongée sans effort dans les différentes atmosphères, que ce soit celle de l'hôtel où Maxim et la narratrice se rencontrent, celle du manoir, celle du grand bal...Daphné du Maurier a réussi le tour de force de faire vivre et passer au premier plan un personnage décédé, donc qui ne parle pas et n'agit pas, et cela donne une dimension très particulière au récit avec une narratrice qui semble au début être spectatrice d'une vie qui n'est pas la sienne. Je n'avais pas lu le livre dans sa précédente traduction donc je ne peux pas faire de comparaison, mais le récit coule ici de façon très fluide et est vraiment très agréable à lire.

"Rebecca" de Daphné du Maurier est vraiment un roman à lire absolument, c'est un "classique" pas du tout poussiéreux et qui reste très moderne - un grand plaisir de lecture !

Publié dans sa nouvelle traduction le 25 février 2015 aux Editions Albin Michel, 534 pages. 1ere édition française 1940.

1ère participation au challenge "A year in England" 



vendredi 31 juillet 2015

Petit inventaire de la rentrée littéraire 2014 avant d'attaquer celle de 2015

Le mois de Juillet se termine, et avec lui l'année littéraire 2014. Bientôt des centaines de nouveaux livres vont venir inonder les librairies. Il était donc temps de faire un petit bilan de la rentrée littéraire 2014 avant de s'attaquer à celle de 2015...

J'ai donc lu 60 livres de la rentrée littéraire 2014, ce qui est à la fois beaucoup pour une lectrice, et rien en comparaison avec les 607 livres parus! 


Parmi ces 60 livres :  (cliquez sur la couverture pour accéder au billet correspondant)

Mon gros coup de cœur de l'année 2014-2015 ! 

L'amie prodigieuse Elena Ferrante


Mes excellents : 5 coeurs

  toulmé ce n'est pas toi que j'attendais BD enfant trisomique






Mes très bons 4 coeurs

Le violoniste - Mechtild BorrmannLecture en cours

Pas pleurer Salvayre

Lecture en cours




Mes pas mal 3 coeurs

Biancarelli Orphelins de DieuRésultat de recherche d'images pour "fils de rien"

Trente-six chandelles Marie-Sabine RogerRésultat de recherche d'images pour "bad girl huston"



image



Résultat de recherche d'images pour "viva deville"


Mes pourquoi pas 2 coeurs

http://www.albin-michel.fr/images/couv/5/7/8/9782226259875m.jpg

oona et salinger
Mon année Salinger


Mes bof 1 coeurs







Mon "arghhhhhhhhh"





=========================

Qu'ai-je déjà repéré dans les sorties de Septembre 2015?

Mes indispensables !

     


Ceux qui ont éveillé ma curiosité : 







Mais aussi "Une autre vie" de SJ Watson, "Tina Modotti" de Bernadette Costa-Prades, "D'après une histoire vraie" de Delphine de Vigan...

Et vous, quels sont vos coups de cœur de 2014-2015 ? Et vos repérages de la rentrée? 

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...